5 idées reçues sur la vie des moines trappistes

Actualités

Beaucoup de travail et peu de loisirs, pas de contacts avec le monde extérieur, des conditions de vie très spartiates dans un environnement clos, etc. Beaucoup de clichés circulent sur la vie des moines trappistes mais qu'en est-il vraiment ?

Armand Veilleux, un des quatorze moines de la communauté de la majestueuse abbaye de Scourmont, nous explique son mode de vie au sein de ce monastère de l’Ordre Cistercien. Et l’on découvre de manière assez surprenante que l’habit ne fait décidément pas le moine ;-)

1. Une vie uniquement consacrée au travail ?

À côté de la prière, la communauté de moines supervise la fabrication brassicole au sein même de l’abbaye, un choix volontaire afin de perpétrer la tradition de la renommée bière trappiste de Chimay. « En pratique, on essaye d’équilibrer notre vie entre réflexion, prière, étude, entretien de la maison, etc. On oriente notre quotidien selon la règle de Saint-Benoît, faisant aussi partie intégrante de la Famille Bénédictine, où nos vies sont dédiées à la recherche de communion avec Dieu dans une communauté de frères ».

Abbaye Notre Dame de Scourmont 2

2. Une vie coupée du monde extérieur ?

Les moines trappistes ont un choix de vie en marge du monde, une volonté de vivre autrement tournée vers la religion. « Cependant, même si notre quotidien est très largement rythmé par le travail et la prière, nous ne sommes pas pour autant complètement coupés du monde extérieur. La communauté des moines a fondé en 1996 la Fondation Chimay-Wartoise. Elle soutient les projets d’associations axés jeunesse, emploi régional et/ou développement local. Nous sommes très impliqués dans la vie locale et culturelle régionale.

3. Une vie remplie de solitude au quotidien ?

Les missions sont toujours effectuées en lien avec l’Eglise, la Société et la population locale. «Toutefois, il ne faut pas se faire une image trop rigide de notre quotidien. Par exemple, nous accueillons des gens et/ou des groupes désireux d’accomplir une retraite au sein de notre monastère, ou simplement souhaitant participer à nos vies de prière. Des groupes d’industriels viennent pour voir comment intégrer la vie chrétienne à leur vie d’affaires, ou encore à leur sphère privée. Vous comprendrez qu’il s’agit alors d’une solitude relative ;-) ».

Abbaye Notre Dame de Scourmont 5

4. Une vie sans Internet ?

« Vous savez on s’adapte à notre temps, on ne vit pas en totale autarcie numérique ;-) Internet nous permet d’être présents dans le monde tout en restant hors du monde. On reçoit par exemple des demandes par email de personnes souhaitant partager quelques jours notre quotidien au monastère… Vous pouvez, à ce titre, aller consulter notre site web de l’abbaye de Scourmont géré par mes soins. Il a été relifté selon les tendances actuelles il y a de cela deux ans maintenant avec un design épuré, de beaux visuels, etc. »

5. Des repas toujours accompagnés de fromage et/ou bière de Chimay ;-) ?

En pratique, environ 180.000 hectolitres de bière sont brassées par an au cœur de l’abbaye de Scourmont sous la supervision des moines. Les bières sont exportées dans 74 pays, principalement en France, aux USA et en Chine. L’abbaye produit également du fromage, plus ou moins 960 tonnes chaque année. « On peut apprécier d’autres produits que ceux de Chimay… On boit très peu de bière au sein de notre communauté. Mais il faut bien avouer que notre bière trappiste est la meilleure au monde ;-) »

Abbaye Notre Dame de Scourmont 4